Salama Marine, 21.01.2015

Jalousie : preuve ou maladie d'amour ?

Le site de rencontre ELITE RENCONTRE a interrogé 423 célibataires afin de savoir quelle était leur perception de la jalousie. Sentiment destructeur ou symptôme révélateur d’un véritable attachement ? L’amour peut-il exister sans jalousie ? Autant de questions auxquelles cette étude tente d’apporter une réponse.

Un sentiment difficile à assumer

La jalousie est un sentiment universel parfois inavouable, pour ne pas dire honteux. Peu de personnes osent se définir comme « jalouses » et cette étude le montre bien ! En effet, seuls 30 %  des célibataires interrogés se qualifient de « jaloux », alors qu’ils sont près de 70 % à avoir  déjà éprouvé de la jalousie lorsqu’ils étaient en couple. Lorsqu’on leur pose la question suivante : « La jalousie est un sentiment normal dans le couple ? », ils sont 63 % à répondre par l’affirmative. En revanche, ils sont 60 % à préciser qu’être jaloux n’est en aucun cas une preuve d’amour ni révélateur  du degré d’attachement à son ou sa partenaire.

La jalousie est un sentiment singulier qui accompagne exclusivement l’amour (l’amour d’une mère, l’amour d’un ou d’une partenaire). Posez-vous la question : avez-vous déjà été jaloux pour une personne que vous n’aimiez pas ou même que vous détestiez ? Cela est peu probable.

 

Les pires comportements de la jalousie

Selon ce sondage, il y a des comportements que les jaloux feraient mieux d’éviter. Parmi les personnes interrogées, 38 % expliquent que pour elles, le plus agaçant est de voir leur partenaire être suspicieux et sur ses gardes en permanence ; puis viennent les esclandres publics, qui sont insupportables pour 29 % d’entre eux. Enfin, 24 % des personnes interrogées ne supportent pas de voir un partenaire jaloux fouiller dans leur portable, leur ordinateur ou leurs poches. Il est également à noter que seules 7 % sont agacées par le fait de devoir rassurer l’autre régulièrement.

Mais à quel moment de la relation a-t-on le droit de se montrer jaloux ? 47 % des personnes sollicitées expliquent que c’est une fois en couple que la jalousie peut se justifier. 20 % affirment quant à elles que l’on peut se montrer jaloux dès la phase de séduction et que « vouloir être l’unique centre d’attention de la personne que l’on cherche à séduire est tout à fait normal ».

La jalousie, le pire des défauts ?

ELITE RENCONTRE a voulu savoir avec quel type de personnes les célibataires interrogés ne pourraient envisager une relation. Les hommes préféreront se tenir éloignés des : croqueuses d’hommes (26 %), des râleuses (18 %) et des jalouses (17 %). Quant aux femmes, elles refusent de poursuivre une relation avec : un Don Juan (29 %), un homme proche de ses sous (20 %) et un jaloux (17 %). La jalousie peut être perçue comme un défaut rédhibitoire pour beaucoup de célibataires mais reste supportable pour une majorité d’entre eux.

Il n’y a pas de fumée sans feu ?

Lorsqu’il y a de la jalousie dans le couple, est-ce toujours pour une bonne raison ? 63 % des personnes interrogées s’appuient le plus souvent sur des faits imaginaires et irrationnels, alors que 37 % affirment qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Selon eux cependant, la jalousie est surtout révélatrice d’un manque de confiance en soi (58 %) et d’une possessivité excessive (41 %).

Que la jalousie repose sur une bonne intuition ou non, tout l’enjeu est de ne pas laisser le jaloux/la jalouse envahir son jardin secret. Il faut se protéger au mieux de tout envahissement, sans jamais céder, afin de pouvoir imposer des limites. Menacer de quitter son partenaire ne peut être une réelle solution car cela ne ferait que renforcer ses craintes.

 

Total votes: 507
Evaluation de l'article :
Note pour "Étude : la jalousie et vous ". Moyenne: 3.47 sur 5 basée sur 507 évaluations
Commentaires
plus de commentaires