Salama Marine, 02.06.2014

La relation amoureuse du futur

Le film Her sorti récemment, raconte l’histoire d’un homme qui se prend de passion et d’amour pour une intelligence artificielle. Ce film interroge, entre autres, le futur des relations amoureuses. Sans aller jusqu’à tomber amoureux(se) d’un cerveau électronique et envisager une relation de la sorte, le couple tel qu’on le connaît ces dernières années semble déjà être un modèle appartenant au passé.

C’est ce que révèle la dernière étude EliteRencontre menée auprès de 616 de ses membres célibataires qui ont pu dresser le portrait robot de la relation amoureuse du futur.

•    Pour une grande partie des célibataires interrogés, trouver un partenaire via un site de rencontre nécessite autant de temps et d’efforts que les moyens plus classiques, si l’on souhaite faire une rencontre sérieuse (41 %).

•    À la question, « Pensez-vous que la durée moyenne des mariages sera moins longue qu’aujourd’hui ? », ils sont 46 % à penser que les mariages dureront moins longtemps qu’aujourd’hui, la moyenne étant actuellement de 15 ans.

•    Cette affirmation est confirmée par le fait que 69 % d’entre eux pensent que nous serons plus amenés à avoir des partenaires temporaires qu’un seul partenaire pour la vie. Ce qui est déjà actuellement le cas pour beaucoup. Chose étonnante, malgré cela, plus de 80 % confirment vouloir être à la recherche d’une personne pour la vie.

•    Il semble donc que le rêve de trouver la bonne personne a la dent dure et reste un désir ancré dans l’esprit de nombreux célibataires. Alors que l’on pourrait penser que ce désir de relation durable est présent chez les générations les plus anciennes, cette étude démontre le contraire : en effet, ce sont les jeunes de moins de 35 ans qui se montrent les plus attachés à cette image, ils sont près de 90 % à affirmer vouloir trouver un partenaire pour la vie.

La relation du futur : le « Je » avant le « Nous »

Cette étude montre aussi qu’il existe un conflit entre le désir de vivre une relation sérieuse et la volonté de se réaliser soi-même. Sur les 616 célibataires interrogés, près de 50 % d’entre eux affirment vouloir garder leur propre appartement pour leur prochaine relation, afin de pouvoir garder leur indépendance et préserver leur vie sociale. Comme si s’accomplir soi-même tout en vivant sous le même toit, était dorénavant une chose impossible.  

En conclusion, si les célibataires devaient dresser un portrait-robot de la relation type du futur, c’est ainsi qu’elle se dessinerait : plutôt courte - 5 ans en moyenne à l’heure actuelle - avec des partenaires rencontrés notamment sur un site de rencontre, et dans laquelle chacun garderait son appartement, pour plus d’indépendance.
Si les codes actuels qui régissent le couple ne sont pas fondamentalement bouleversés, nous sommes malgré tout en train de glisser vers une nouvelle norme du couple qui amène à repenser notre manière d’aborder ce concept.
 

Commentaires
plus de commentaires