Salama Marine, 22.03.2017

9 célibataires sur 10 prêts à vivre avec un parent célibataire

C’est le résultat de la dernière étude menée par EliteRencontre auprès d’un échantillon de plus de 100 000 célibataires ayant répondu à la question « Accepteriez-vous de faire la rencontre d’une personne vivant avec un enfant de moins de 18ans ? »*

Ainsi, les célibataires les plus prêts à accepter de faire la rencontre d’un partenaire ayant un enfant de moins de 18 ans sont les 41-50ans (91 %), suivi des 31-40 ans (88 %). Et chiffre étonnant, les 18-30 ans sont autant près accepter un enfant en bas âge chez un(e) partenaire potentiel que les plus de 50 ans (76 % pour ces deux catégories d’âge).

Face à ce constat, nous avons décidé d’interroger près de 2000 célibataires en mars 2017 de tout âges afin d’en savoir un peu plus.

Les parents célibataires, subissent leurs propres préjugés

Il existe un contraste entre comment sont perçus les parents en recherche de partenaire par les autres célibataires, et par eux-mêmes.

La très grande majorité des célibataires sont donc plutôt ouverts à l’idée de faire leur rencontre, et vont même jusqu’à l’indiquer dans leurs critères de recherche. Et pourtant les parents solos sont 60 % à considérer qu’avoir un enfant de moins de 18 ans est « un frein pour trouver l’amour ». Ce chiffre passe à 66 % chez les mères célibataires, contre 54 % chez les pères célibataires.

Alors que les célibataires sans enfants, décrivent les familles recomposées comme « moderne et dans l’ère du temps » à plus de 88%. Et expliquent majoritairement que les parents solos sont des célibataires « plus indépendants que les autres » (30 %), et « qui savent exactement ce qu’ils veulent pour leur relation » (28 %). 78 % des parents interrogés jugent plus simple de faire la rencontre uniquement d’autres parents, car ils l’affirment « on se comprend mieux ».

Salama Marine, psychologue commente : « Les parents célibataires sont souvent victimes de leurs propres préjugés. Ils ont en tête qu'en étant parents, trouver l'amour est beaucoup plus compliqué. Et pourtant, comme le révèle cette étude, de nombreux célibataires sont plutôt ouverts à l'idée de faire la rencontre de parents solos. Souvent décrits comme plus matures, plus indépendants, et plus à même de savoir ce qu'ils veulent dans leur relation; ils ont de quoi avoir une longueur d'avance lorsqu'ils font de nouvelles rencontres. »

Le plus difficile pour les parents célibataires : femmes et hommes divergent

Lorsqu’on leur demande ce qui est le plus difficile pour eux, les problématiques sont nettement différentes entre femmes et hommes. En effet, le plus difficile pour les pères célibataires est « l’impression que les relations ne passent moins vite à l’étape supérieure » (35 %) ; alors que les mères célibataires considèrent, quant à elles, que c’est « le manque de temps à consacrer à leur recherche de partenaire » qui est le plus difficile à vivre (51 %). Pour l’ensemble des parents interrogés, le second plus gros problème est de savoir quand présenter son/sa partenaire à ses enfants.

Ajouté à cela, les parents solos doivent parfois subir les commentaires de leur entourage, parmi ceux les plus entendus : « Que dis-tu à tes enfants ? », et « Comment trouves-tu le temps d’être sur un site de rencontre ? » (50 et 46 %)

Si les parents célibataires ne devraient retenir qu’une chose à dire aux célibataires effrayés à l’idée de les rencontre, cela serait « Je ne recherche pas un parent pour mes enfants mais un ou une partenaire de vie » (58 %). Enfin d’après leur expérience, le meilleur conseil qu’ils peuvent donner pour des parents solos nouvellement inscrits serait de ses enfants dès sa description de profil. (90 % des personnes interrogées)

Salama Marine ajoute : « Lorsqu'ils s'inscrivent sur un site de rencontre, indiquer qu'ils ont un ou des enfants sur leur profil est nécessaire : faire preuve d'honnêteté dès le départ est une des clés permettant le succès d'une relation. »

 

Commentaires
plus de commentaires